Français
Le ministre des Affaires des prisonniers et le mouvement du Fatah continuent de glorifier les femmes terroristes
Share |
L’Autorité palestinienne (AP) et le mouvement du Fatah continuent de glorifier des terroristes, dont Dalal Mughrabi, qui a mené l’attentat terroriste le plus meurtrier de toute l’histoire d’Israël.

Le ministère des Affaires des prisonniers de l’AP, Issa Karake, a célébré la Journée internationale des femmes et la Fête des mères la semaine dernière. Ce jour-là ils ont mis l’accent sur les accomplissements des femmes terroristes comme Mughrabi, qui a mené la prise d’otage d’un bus en 1978 dans laquelle 37 civils ont été tués ; Wafa Idris, la première femme terroriste suicide, et Darin Abou Aisheh, qui s’était fait exploser en attaquant des Israéliens à un barrage en 2002.

Le Comité d'information de la Commission de recrutement et d’organisation du Fatah, le mouvement mené par le chef de l’AP Mahmoud Abbas, a vanté au début du mois le rôle de la femme martyre qui « promeut la cause [palestinienne] et maintient l’unité de l’OLP. » Il a rendu hommage à Mughrabi et à la première femme terroriste suicide palestinienne, Shadia Abou Ghazaleh, qui a participé à des attentats contre des installations militaires israéliennes avant de mourir en préparant une bombe en 1968.

Comme PMW l’a rapporté, le Premier ministre de l’AP Salam Fayyad a honoré des femmes terroristes mercredi dernier, dont une terroriste qui avait placé une bombe à un arrêt de bus. Ses louanges à ces terroristes ont été prononcées quelques heures avant l’explosion d’une bombe à une station de bus de Jérusalem, qui a tué une femme et fait 50 blessés. Fayyad a par la suite condamné ce dernier attentat.

Voici les transcriptions de la glorification des femmes terroristes par le ministre de l’AP Karake et par le Fatah :

« Le ministre des Affaires des prisonniers… s’est exprimé à une cérémonie en hommage à des femmes prisonnières des geôles de l’occupation, organisée par le ministère [des Affaires des prisonniers] à l’occasion de la Journée internationale de la femme et de la Fête des mères.
 
Karake a appelé [les Palestiniens] à renforcer leurs actions de soutien aux prisonniers, en vue de la Journée des prisonniers, qui tombe le 14 avril. Il a déclaré : ‘C’est le mois de l’héroïsme et de l’action au nom des hommes et des femmes prisonniers, et nous devons agir pour faire de leur cause une cause primordiale, telle celle de leurs prédécesseurs, comme Dalal Mughrabi [qui a mené l’attentat terroriste le plus meurtrier de l’histoire d’Israël en 1978, où avec d’autres terroristes elle a pris d’otage un bus et tué 37 civils], Darin Abou Aisheh [terroriste suicide dont l’attentat en 2002 a fait 2 blessés], Wafa Idris [la première femme terroriste suicide palestinienne dont l’attaque en 2002 à Jérusalem a fait un mort et plus de 150 blessés], et toutes les femmes et prisonniers Shahids (martyrs). »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 21 mars 2011]
 
Le mouvement du Fatah a souligné, dans un communiqué publié par le Comité d'information de la Commission de recrutement et d’organisation, que les femmes palestiniennes poursuivent leur campagne de lutte, aux côtés des hommes, et défient l’arrogance de l’occupation (Israël) et ses violations. Le communiqué a appelé tous les forums internationaux, les organisations humanitaires et des droits de l’Homme à agir pour faire pression sur les autorités d’occupation afin qu’elles libèrent tous les prisonniers, hommes et femmes.
 
Le communiqué du [Fatah] mentionnait la contribution des femmes palestiniennes membres du Fatah à la création d’union et d’associations [professionnelles], et leur rôle dans la promotion de la cause [palestinienne] et le maintien de l’unité de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) – l’unique représentant légitime de notre peuple palestinien. Ainsi, la première femme palestinienne Shahida (Martyre), Shadia Abou Ghazaleh [membre du Front populaire de Libération de la Palestine, a participé à des attentats contre les installations militaires israéliennes, et est morte en 1968 en préparant une bombe] ; la Shahida Dalal Mughrabi [a mené l’attentat le plus meurtrier de l’histoire d’Israël en 1978, où avec d’autres terroristes elle a pris d’otage un bus et tué 37 civils] ; et d’autres femmes comme elles faisaient partie de celles qui ont sacrifié leur sang au nom de la libération. »
[Al-Hayat Al-Jadida, le 9 mars 2011]